Des mains pour soigner : être, devenir massothérapeute équin

Aujourd’hui Mettre pied à terre rencontre Agate Trombini, fondatrice d’EQUI MUST, qui applique depuis la création de son entreprise en 2019, de bonnes pratiques autour du cheval. Santé, comportement, bien être, le métier qu’exerce Agate permet également de comprendre le lien entre cavaliers et chevaux.

Quel est votre métier ? comment le définir ?


Je suis Massothérapeute, Thérapeute Manuelle Equin. Mon rôle est de soulager les chevaux de leurs douleurs corporelles, de les libérer des tensions musculaires et restrictions articulaires et ainsi améliorer leur confort physique et émotionnel dans le but en parallèle d’augmenter leur bien-être et capacités physiques et sportives.

Y’a t il des outils particuliers ?


Pour exercer ce métier, dans l’absolu il n’y a pas besoin de matériel spécifique, si ce n’est nos mains et notre perception. Néanmoins j’ai fait le choix personnel de m’équiper de plusieurs outils professionnels dans le but d’être davantage performante dans les soins et de proposer un éventail plus large de techniques thérapeutiques équines. Ces outils me donnent une entière légitimité d’utilisation et nécessitent des connaissances précises : outils de massage par ondes vibratoires (G5 de chez Equitec), Caméra Thermique (FLIR E40 ), Cryothérapie (EasyCryo)

Lors de l’une de ses visites à l’élevage des sagnes, Agate Trombini utilise le G5 pour détendre progressivement Paddington.

Quelle est votre formation ?

Après avoir visité plusieurs écoles, discuté avec beaucoup de professionnels et m’être longuement renseignée sur le cursus à suivre pour devenir thérapeute manuel équin, j’ai choisi de faire la formation professionnelle de l’IFTMA (Institut de formation en thérapie manuelle animale) créée par Jean-Pierre Delahaye et située à Barbentane.
C’est une formation mise en place par un ostéopathe équin et humain de 30 ans de carrière qui place la pratique au centre de son enseignement.

Les études que vous préparez en parallèle vont-elles compléter votre approche ?

C’est en partie pour cela que j’ai choisi de m’orienter vers cet institut. En parallèle de mon activité professionnelle je continue de me former dans le domaine de la santé dans le but de développer toujours plus de connaissances et affiner mon offre de soins. Je suis actuellement une formation très enrichissante de Médecine Traditionnelle Chinoise au sein de l’IMTC. C’est un cursus sur 5 ans me permettant ensuite d’être acupuncteur humain.

copyright équi-must – illustration de la décontraction du cheval


Il faut savoir que parallèlement à mon métier avec les chevaux je me suis aussi formée dans le domaine du sport.
Ayant un diplôme venant de la branche sport je propose des cours de Pilates. Ouverts aux cavaliers (et non cavaliers) désireux d’améliorer leur posture et ainsi renforcer leur corps et leur souplesse. C’est donc dans la continuité de ma volonté d’appréhender le couple cavalier/ cheval que je continue sans cesse de me former.

Que vous font comprendre les chevaux que vous soignez ?

copyright équi-must, cheval en décontraction, phase d’étirement des postérieurs


Les chevaux sont souvent le miroir de leurs cavaliers.. Si je vous racontais tout ce que me « disent » les chevaux… je ne vais pas tout vous dévoiler, mais beaucoup de chevaux pâtissent énormément des conditions que nous leur imposons .. bien des maux pourraient être évités avec une meilleure observation de l’animal.

Mettre Pied à Terre : effectivement, les mentalités évoluent, les cavaliers ne considèrent plus tous leur monture commune un outil de travail mais comme l’animal qui les accompagnent dans leur pratique équestre. D’autres, bien que jeunes, n’ont pas développé encore la sensibilité utile pour bien comprendre leur cheval. Certains même semblent vouloir ressembler à leurs paires (c’est comme cela et pas autrement, appliquer sans réfléchir) ou ont une idée erronée du statut du cheval, de ses conditions de vies que l’on voudrait presqu’idéales, des soins à apporter.

D’une question simple de logique et de responsabilité personnelle, l’on passe à la thématique en vogue de la bientraitance. Or pour arriver à intégrer la bientraitance, il faudrait aujourd’hui qu’avant même d’acquérir un cheval, les futurs propriétaires se forment. L’IFCE propose des fiches thématiques et des moocs accessibles. Les éleveurs, professeurs d’équitations, peuvent réaliser ces formations, qui, même si elles semblent demander un effort au commencement, sont bénéfiques par la suite.

Que vous disent les cavaliers ?


Il y a encore trop de cavaliers qui font appel à nous, professionnels du monde du cheval (vétérinaires, ostéopathes, maréchaux..) en pensant que nous allons faire des miracles, sortir une baguette magique de notre poche et transformer leur cheval .. Les cavaliers peuvent être très exigeants et écartent souvent la possibilité que l’origine du problème viendrait d’eux.. j’ai la chance d’avoir la majorité de mes clients qui, à l’inverse, s’intéressent réellement à leur monture et c’est avec l’ensemble des professionnels équins que nous essayons de trouver des solutions.


Les cavaliers vous font-ils vous aussi progresser dans votre approche aux chevaux ?


Oui évidemment. Chaque nouvelle rencontre est enrichissante et positive, nous avons toujours à gagner d’échanger différents points de vue et récits de vies équestres. Étant assez jeune (26 ans) j’estime avoir encore beaucoup à apprendre et je pense d’ailleurs qu’une seule vie ne suffira pas.. tant les chevaux sont des animaux complexes.

Quels sont les rêves d’Agate ?


Vous savez, mon rêve le plus cher étant petite (depuis mes 5 ans) était d’avoir un jour mon cheval. C’est chose faite, alors mon rêve désormais serait de créer une communauté réellement soucieuse du bien-être équin et de leur propre santé aussi.

equi must, Agate Trombini

Cet échange avec Agate Trombini met en évidence 7 aspects :

1 être polyvalent, bien que spécialiste

2 se former en permanence, intégrer ainsi des évolutions dans ses compétences, le métier est supplanté par l’apport de nouvelles compétences

3 intégrer et évoluer dans une communauté d’échanges qui permet de progresser

4 être un cavalier responsable de sa monture

5 penser collaboratif, entreprendre son projet, par exemple : éduquer son cheval, faire appel aux professionnels et construire en concertation le devenir du cheval et de son cavalier

6 Intégrer une dimension psychologique, comportementale dans l’approche du cavalier, indissociable de son cheval

7 interroger ses projets, prendre conscience de ses atouts, de sa valeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s